Journocamp : et tranquillement s'organise une communauté data+local

PANO_20171012_121112-1

Après deux jours d'un journocamp au pied du Puy-de-Dôme sous le soleil d'octobre, la nécessité et l'envie de travailler ensemble font naître un collectif de journalistes qui trouvent de l'information et racontent des histoires grâce à des tableurs.

Trois objectifs atteints

Un petit mois avant le journocamp, un document partagé a permis à l'ensemble des participants de proposer des ateliers et d'indiquer leurs intérêts. Si nous n'avons pas traité l'ensemble des 23 sujets proposés, nous en avons compilé une quinzaine en de multiples ateliers.

Les ateliers, matin du premier jour

La particularité de ce format d'événement est d'ajuster le programme au fil de l'eau. Quand une problématique soulevée reste non traitée mais que les participants considèrent qu'elle est importante, on la remet à l'agenda. On avance en itération, jusqu'à avoir trouvé une réponse satisfaisante.

En deux jours de travail, les trois objectifs annoncés ont été traités :

  • créer une dynamique entre des journalistes (et des développeurs) souvent bien isolés dans leur rédaction. Les réunir a permis de dégager des besoins communs qui sont désormais identifiés et traités. Par exemple, nous avons régulièrement un problème d'accès aux données quand nous les demandons chacun dans notre coin. Une demande conjointe de plusieurs médias pourrait faciliter nos relations avec les sources.
  • concevoir une plateforme d'échange de jeux de données "références". Quand l'un de nous travaille sur le nettoyage d'un jeu de données au niveau national, il ferait gagner du temps aux camarades d'autres titres en le proposant. Et lui aussi de profiter des travaux des autres.
  • réaliser des enquêtes communes. Les ateliers du vendredi matin ont permis de dégager une dizaine de sujets qui méritent un traitement en commun. Tous les titres n'ont pas obligation d'y participer bien entendu, mais là sur le moment tout le monde est bien partant.

Retour en video sur le journocamp

Vers la communauté <data+local>

Les 12 et 13 octobre nous avons donc beaucoup discuté, efficacement travaillé, (probablement) trop mangé, un peu marché au-dessus du Puy-de-Dôme et du soleil couchant (et pas mal joué, la nuit, au ping-pong ou au baby foot...).

Oh ! Sous le soleil, le Puy-de-Dome se transforme en graph !
Oh ! Sous le soleil, le Puy-de-Dome se transforme en graph !

Mais ce n'est évidemment pas suffisant pour traiter les projets et les sujets.

Nous avons clos le journocamp vendredi midi en nous répartissant le travail dans une logique d'ateliers permanents. Nous utilisons Trello pour suivre les projets, Slack pour discuter et Drive pour stocker nos documents.

Et c'est ainsi qu'est née la communauté data+local... dont nous vous reparlerons bientôt.

Les outils utilisés pour continuer les ateliers

Pourquoi organiser un journocamp quand on est un groupe de PQR ?

Ah, la bonne question ! Régulièrement dans les couloirs nous sommes interrogés "Ça avait l'air chouette, mais... Pourquoi ?"
Et de répondre : "Oula, pour plein de raisons différentes ! "

D'abord, parce que rencontrer et discuter avec des collègues qui rencontrent les mêmes difficultés, échecs et parfois succès est motivant.

Ensuite, parce que nous avons envie de travailler ensemble. Quand tout le monde se propose de prendre en charge un projet ou un sujet, cela montre une commune volonté d'avancer.

Pour le groupe Centre France, l'idée est d'initier un mouvement auprès des autres groupes de presse : le format journocamp ne nous appartient pas, et nous sommes convaincus que les journalistes (et d'autres métiers) ont tout à gagner à se retrouver de temps en temps autour de problématiques communes.

Quant à moi, cela rentre parfaitement dans l'idée qu'internet est un formidable outil. Cette magie de pouvoir discuter à distance, la philosophie (presque) originelle du partage et la possibilité de faire bouger les pratiques nourrissent toujours mon fil rouge personnel "aidons nous les uns les autres".

Ce moment où deux discussions lancent le projet

Mars 2017, David Dieudonné vient au Groupe Centre France à Clermont présenter l'activité du Google News Lab. Nous avions alors confirmé qu'on le tiendrait au courant de certains de nos projets.

Mi juin, sur les marches en train de profiter du soleil d'été, nous discutions avec Paul-Alexis d'un événement mixant data et journalisme local.
PAB est très "local" ("Les agités du local", c'est lui ^^), je suis très "data". Nos sensibilités se complétent souvent au quotidien, et dans cette discussion nous avons assez vite constaté que nos contacts respectifs permettaient de tester le principe via quelques discussions téléphoniques.

15 coups de fil pour valider le concept

Début juillet, nous avons donc appelé un certain nombre de contacts - et en parallèle confirmé à David que nous organisions un événement et que le soutien du Google News Lab était bien adapté.

-"Nous organisons un événement sur deux jours pendant lesquels nous mettons en commun nos compétences en data+local pour travailler ensemble sur des projets et des sujets. Vous êtes partant ?"
-"Sur le principe, oui !"

Merci au Télégramme, Ouest France, La Voix du Nord, Le Parisien, le groupe Ebra, Nice Matin, La Dépêche, L'Indépendant, Sud Ouest ainsi qu'à l'AFP, wedodata et d'autres camarades de votre présence !

Une quinzaine de coups de fil, autant de réponses positives. Il ne restait plus qu'à organiser l'affaire.

Capture-d-e-cran-2017-10-17-a--16.17.57

Nous sommes donc partis sur un format d'événement éprouvé : un journocamp. Avant de devenir salarié du groupe Centre France, j'en avais organisé trois :

  • l'originel, en 2014, pour la communauté des journalistes qui tâtent un peu des outils modernes,
  • un second en 2015, interne au groupe Centre France justement,
  • et le troisième en mode léger pour CFI, lors du 4MParis.

(Presque) facile donc, les grandes lignes étaient traçées. D'ailleurs, l'organisation de ce quatrième m'a permis de remettre à plat les expériences précédentes pour construire un kit, dispo sur journocamp.org.

Vous travaillez dans un titre de PQR, sentez qu'il est temps de travailler ensemble sur un thème ? Ce kit est à vous, et nous pouvons vous accompagner dans son organisation si besoin !